SAMEDI SOIR...
Ce soir, fichez-moi la paix, car j'adore me reposer en écoutant une partie de hockey. Et dire qu'on va en avoir jusqu'à la mi-juin: c'est formidable! Tout est en place: ma bière, mes chips et le match qui commence à l'instant. Ça, c'est ce que j'appelle un samedi soir de rêve!

Et parle-moi de ça: la partie est à peine commencée que la bagarre éclate! Moi, j'aime ça quand il y a de l'action; mais... la violence est vraiment partout.

Pendant que je regarde ma télé bien confortablement, sur la planète il y a des hommes et des femmes qui sont torturés parce qu'ils dénoncent l'injustice qui règne dans leur pays; les journaux me gavent de violence à chaque jour: viols, suicides, meurtres, conditions de travail inhumaines, exploitation des pauvres et des enfants, tueries barbares et que sais-je.

Avant le souper, à la messe de cinq heures (car il m'arrive encore d'y aller), on lisait dans le texte de l'Évangile: "C'est la paix que je vous laisse, c'est ma paix que je vous donne; ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne. Ne soyez donc pas bouleversés et effrayés."  Jn 14, 27

Comment voulez-vous ne pas être effrayés quand on voit tout ce qui se passe! À moins que ...

Peut-être que moi aussi je pourrais dans mon coin travailler pour cette paix, la vraie. Je ne suis pas l'ONU, mais j'en suis un petit morceau sur un petit morceau de planète pour y semer un petit morceau de paix dans un petit morceau de  mon entourage ... !

 Après tout, le hockey à la T.V., c'est pas toute ma vie