En habit de travail

    5 Janvier 1998: une tempête de verglas catastrophique s'abat sur le Québec et le tiers de la population est paralysée par le froid, l'obscurité et l'angoisse. Combien de gestes simples et grandioses ont été posés par des gens de chez nous pour venir en aide à ceux et celles qui se trouvaient soudainement transportés dans un climat apocalyptique...

    Notre "Église de la rue" s'est vraiment retroussé les manches et a pris la route pour transporter couvertures, bois de chauffage, génératrices et denrées alimentaires. D'autres ont offert logis et soutien moral aux plus âgés, aux déficients, aux plus petits. Pensons également à tous ces bénévoles dans les centres d'hébergement, ces artistes semeurs de joie, ces cuisiniers qui ne prenaient même pas le temps de se nourrir eux-mêmes, ces camionneurs sur des routes presque impraticables, ces responsables des communications, de la santé, des services publics...








 
         Signalons aussi à titre d'exemple cette petite communauté chrétienne qui a spontanément offert sa quête dominicale de 129.34 $ à une oeuvre de solidarité envers les sinistrés: "Elle, dans sa pauvreté, a offert tout ce qu'elle avait pour vivre." (Lc 21 - 4)

       Mais ma plus grande admiration s'élève vers le ciel... Je regarde le sommet de ces poteaux où des hommes comme vous et moi luttaient contre la montre et la météo pour redonner espoir et sécurité..."La solidarité, c'est l'amour en habit de travail".

Oui vraiment,
"Le Christ s'est fait chair et il a habité chez nous"                                                               (Jn 1 - 14)