À ne pas manquer!

     Quand survient un événement important dans le monde politique, artistique et même climatique, nos spécialistes des média électroniques ne manquent pas de nous convier à en suivre le déroulement ou l'évolution par une invitation en voie de devenir un cliché d'un positivisme inversé de mauvais goût:
"C'est à ne pas manquer!" (Do'nt miss it!)

              Pourquoi ne pas simplement inviter de façon simple et française par surcroît: "C'est à suivre - C'est à voir". On croirait parfois se retrouver dans un groupe d'ados où les événements deviennent soudainement "débiles - écoeurants - trippants - dégueux - cools - supers..." ( je ne sais pas s'ils mettent ces mots au pluriel). Si par hasard certains d'entre eux me lisent, ce qui m'étonnerait, je les vois d'ici me lancer: "Panique-pas ! - Lâche ton surplus d'hormones ! - Relaxe ton sexe ! - T'é su l'nerf !"
           Que nos jeunes utilisent des expressions de leur monde (qu'ils s'empresseront sûrement de corriger avec la venue des nouveaux programmes d'enseignement du français en spirale dans nos écoles...!) je veux bien le comprendre, mais je souhaiterais voir nos spécialistes de l'information devenir plus objectifs, se contentant de relater la nouvelle sans en donner leur appréciation, tout en me laissant le choix personnel de suivre l'événement, de "ne pas le manquer" si j'en juge l'opportunité.

                En ce temps de réflexion sur le sens de la fête de Noël, le Christ se présente comme notre avenir, mais Il ne me déclare pas: "C'est à ne pas manquer!" Au contraire Il me propose plutôt: "Si tu le veux... viens et suis-moi !"

           J'absorbe plus facilement une telle invitation, surtout qu'elle est affirmative et respectueuse de la liberté qu'Il m'a donnée.

C'est SA charte des droits de la personne.