NOTRE FÊTE NATIONALE

C't' aujourd'hui la Saint-Jean-Baptiste,
c'est l'jour qu'on promèn' notr' mouton :
faut qu'le peupl' canayen s'réjouisse
d'avoir un Juif pour son patron.

L'mouton c'est notre emblèm', bondance !
Ça nous ressembl' comm' deux goutt's d'eau.
Ça suit toujours, ça pas d'défense,
ça s'laiss' manger la lain' su' l'dos.

On fait l'élog' de nos grands pères
dans des discours  patriotards.
J'crois qu'si les vieux r'venaient su' terre.
y nous flanqu'raient leu pied quequ'part.

On est tout un peupl' de mitaines ;
on s'lais s' m'ner pas le bout du nez.
On veut mêm' pas s'donner la peine
de défendr' c'qui nous ont donné.

On fait des discours magnifiques
pis des processions l'vingt-quatr' juin,
mais nos élans patriotiques
sont déjà oubliés l'lend'main.

On crie : « Encourageons les nôtres !
Soyons des frèr's ! Mercier l'a dit. »
Mais les plus gueulards d'ces apôtres
s'habill'nt chez les Juifs à crédit.

C'est ça notr' grand patriotisse ;
des mots, du vent pis des drapeaux,
pis, mêm' ces drapeaux-là, torvisse !
vienn'nt d'chez Eaton de Toronto!

      Jean Narrache
      Bonjour, Les gars ! - 1948