C'est ça ou rien...!

Eux :
- Après avoir bien réfléchi, nous avons pris la décision de ne plus t'accompagner dans tes marches matinales et rapides ! Nous sommes devenus trop vieux pour aller à ton rythme et braver certaines températures.


Moi :
- Allons donc ! Je ne peux pas ou plutôt je ne veux pas vous laisser aller comme ça, après tant d'années. Savez-vous combien vous me rendez service en marchant avec moi ?


Eux :
- Nous en sommes très conscients et nous garderons de nombreux souvenirs, comme lorsque nous longions la rue et que tu faisais tourbillonner les amas de feuilles avec tes pieds à l'automne ou lorsque tu t'exclamais devant une multitude de fleurs dans certains parterres et combien d'autres exploits. Tu ne peux pas nier que nous avons fait notre temps. Nous avons vécu plusieurs printemps, des automnes ainsi que des hivers qui parfois étaient rigoureux, mais nous, nous en sommes à notre dernière saison.


Moi :
- Je me rappelle les matins où nous partions avant l'aurore, à combien de magnifiques levers de soleil nous avons assisté, enveloppés du gazouillement des oiseaux, sans parler des fois où nous nous faisions prendre par la pluie en pressant davantage le pas. Même lorsque je partais en voyage, vous en faisiez partie. Que vais-je devenir sans vous ?


Eux :
- Tu n'as qu'à chercher un peu et tu en trouveras certainement d'autres pour t'accompagner dans tes marches
.

 






Moi :
- Je ne veux pas en chercher d'autres;  je ne trouverai jamais aussi fidèles qu'eux ! 
"Ç'est ça ou rien!", ont-ils dit. Alors, constatant qu'ils ne fléchiraient pas dans leur décision, je me suis mise à la recherche de deux nouveaux compagnons de route. J'ai trouvé. Mais zut! Qu'ils sont rigides mes souliers neufs. De retour à la maison, en regardant mes bons vieux souliers usés, je les entendais me chanter...
           

"Tes vieux souliers
 ont beaucoup voyagé…"
Thérèse Bournival