L'amour protégé

            Nous sommes sidérés par les assassinats d'enfants de la main de leurs propres parents. Certains psychologues appellent subtilement ces gestes des "suicides étendus", signifiant que ces actes dénaturés sont en quelques sortes la conséquence de la détresse des parents qui souvent choisissent de disparaître en même temps que leurs petits. Est-ce là la "protection de l'amour"...?


     L'angoisse et la détresse ne sont pas choses nouvelles et toujours des situations dramatiques ont existé. Mais lorsqu'on éduquait les jeunes aux véritables valeurs de l'amour, devenus adultes ils étaient aguerris et prêts à affronter des situations stressantes et angoissantes sans perdre la tête. Ils faisaient alors appel aux autres membres de leur famille et n'hésitaient pas à demander l'aide d'en-haut.
        Mais comme les familles sont souvent éclatées et qu'il n'est plus de mode de regarder vers le ciel, on préfère poser des gestes irréversibles de désespérance. Nos tribunaux, policiers et agents sociaux auront beau intervenir, ce ne sont certes pas eux qui vont réapprendre aux jeunes couples ce que sont l'amour, la fidélité, l'entraide et la prière... On se rappelle la campagne publicitaire prônant la protection de l'amour par le condom. Nous en sommes maintenant à la récolte des fruits.

       Tout près de chez moi, un magasin affiche comme réclame commerciale: "Le Village des Valeurs". J'y suis entré par curiosité pour n'y trouver que lingerie et gadgets divers. Lorsque je me suis adressé à la gérante pour lui demander à quel comptoir trouver les valeurs de l'amour et du devoir, j'ai fait figure d'illuminé. Elle m'a répondu sur un ton moqueur d'aller plutôt voir dans une sacristie...

       Ce n'est peut-être "pas bête" comme suggestion !