À qui la sandale…?

 
   Maurio court pour ne pas manquer le train qui relie les villages du désert. En arrivant près de la voie ferrée, il voit que le convoi est déjà en marche.
    Dans un dernier effort il atteint un wagon qui se présente devant lui et saute sur le marchepied.

   Mais, dans son geste désespéré, il perd une sandale...et le train prend alors de la vitesse.

   Sans hésiter une seconde, Maurio jette sa deuxième chaussure sur le bas-côté :
   "Une seule sandale ne me servira à rien, pense-t-il, mais celui qui aura ramassé la première sera heureux de découvrir la deuxième…
"
  (D'après Elisabeth Marshall)