L’arbre de Noël
                   
      C’est en 1521, dans la ville alsacienne de Sélestat, qu’apparaît pour la première fois l’arbre de Noël qu’on appelle aussi l’arbre du Christ. Au coeur de l’hiver, le sapin est le seul arbre encore vert. On l’utilise pour représenter l’arbre du jardin d’Éden dont on joue le mystère sur le parvis des églises durant  l’Avent. En 1546 la ville donne l’autorisation aux habitants de couper des sapins pour décorer leur maison. Au XVIIIè siècle, on prend même l’habitude de les suspendre au plafond de l’église.




       
        Le 24 décembre, dédié à Adam et Ève dans l’ancien calendrier liturgique,  on ornait le sapin de pommes rouges qui symbolisaient les fruits de l’arbre d’Éden. Depuis, le sapin de Noël rencontra un grand succès populaire.  On accrochait au sommet une étoile pour rappeller l’étoile de Bethléem et on ornait les branches de douze bougies pour célébrer le Christ, Lumière des nations pendant les douze étapes de l’année.

       Au XIXè siècle, suite à une mauvaise récolte de pommes, des verriers de Meisenthal, en Lorraine, ont la bonne idée de fabriquer des boules de verre qu’ils peignent en rouge. La boule de Noël est née! En 1837, Hélène de Mecklembourg, femme du roi Louis-Philippe, d’origine allemande, fait décorer pour la première fois un sapin dans le jardin des Tuileries, à Paris. Mais c’est après la guerre de 1870, avec l’arrivée de nombreux Alsaciens dans la capitale française, que le sapin connaît un formidable essor.

        En Amérique, la coutume de décorer un sapin à l’intérieur des maisons aux États-Unis n’a pris de l’ampleur qu’à la fin des années 1700. Les américains d’origine allemande avaient introduit au pays l’habitude d’installer dans les maisons, à Noël, un tout petit sapin décoré de pommes et autres fruits. Cent ans après, l’arbre prenait des proportions telles que tous voulaient un sapin qui irait jusqu’au plafond.

        Au Canada, on rapporte que le premier arbre de Noël aurait été fait à Sorel, au Québec, vers 1780, par un général germanique du nom de Von Reidesel.

        Enfin, pour l’arbre de Noël à installer dans mon coeur, il n’appartient qu’à moi d’en décider de la taille, des bougies et des couleurs qui l’orneront pour la grande fête de la Lumière du Monde!