Les oiseaux de Noé
On a probablement tous vu "Les oiseaux", de Hitchcock, mais ceux de Noé nous sont moins connus. Pourtant, avant d'être le premier vigneron de l'histoire, Noé en fut le premier ornithologue .

“Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre qu’il avait ménagée dans l’arche. Il laissa partir un corbeau. Celui-ci sortit et s'en revint bientôt : il fallait attendre que l'eau se résorbe sur la terre. Puis Noé laissa partir une colombe pour voir si le niveau de l'eau avait baissé. Mais elle ne trouva aucun endroit où se percher, car l'eau couvrait encore toute la terre; elle revint donc à l'arche, auprès de Noé. Celui-ci tendit la main, prit la colombe et la ramena dans l'arche. Il attendit une semaine et la laissa de nouveau partir. La colombe revint auprès de lui vers le soir et elle tenait dans son bec une jeune feuille d'olivier. Alors, Noé sut que le niveau de l'eau avait baissé sur la terre. Il attendit encore une semaine et laissa partir la colombe, mais celle-ci ne revint pas."  (Gen 8, 6 -12)



C'est intéressant de voir comment Noé, pour une première visite de reconnaissance, envoya son gros oiseau noir, fort et puissant. Son retour fut indéniablement le signe que les lieux étaient encore hostiles. Pour la deuxième reconnaissance, Noé envoya une colombe, fragile il est vrai, mais prudente et avisée. Elle revint plus tard, indiquant ainsi que le terrain était en préparation. Puis, elle reviendra de sa seconde mission avec le signe de la paix : une jeune pousse d'olivier. Une semaine plus tard, ce sera la confirmation d'une terre accueillante.

Quand verrons-nous le canon céder devant la branche d'olivier ? Quand verrons-nous le vol lourd et menaçant de l'oiseau noir s'effacer pour laisser voltiger la légère blancheur ? Quand verrons-nous la colombe remplacer le corbeau... ?  Noé, viens à notre secours !