Que l'hiver soit... 
et l'hiver fut !
       Rituel hivernal : remiser les chaises de parterre, ramasser les feuilles mortes de mon parterre et celles du voisin que le vent transporte allègrement, rentrer du bois de chauffage pour le foyer, mettre en ordre le fonctionnement du chasse-neige, enlever les moustiquaires, et surtout ajuster les coupe-froid des portes.
       Que l'hiver soit!  Je l'attends maintenant de pied ferme bien au chaud et je me moque de ses fantaisies.

 
 
 
 




 
 
 

         D'autres pourtant n'ont pas eu à se préoccuper de ces préparatifs : ils se sont demandé plutôt s'ils trouveraient un gîte pour passer certaines nuits, s'ils pourraient se nourrir demain, s'ils auraient assez d'huile à chauffage dans le réservoir, bref, comment ils réussiraient une fois de plus à traverser la froidure.
     En ajustant mes fameux coupe-froid, je devenais songeur : empêcher le froid de pénétrer dans ma maison fait aussi obstacle à toute chaleur qui voudrait s'en échapper. 
         S'il fallait qu'il en soit ainsi de mon coeur : empêcher le froid de l'autre de le pénétrer et bloquer toute chaleur qui pourrait s'en échapper dans des gestes d'amour et de partage...     
       Vagabonds, itinérants, sans abri, clochards, inadaptés sociaux, que m'importe le nom que notre savante société vous donne! Je sais seulement que vous aurez froid pendant que mes coupe-froid me garderont bien au chaud.


Je sens mon inconfortable chaleur !