Fête du travail

      Idée géniale : on fête le travail en ne travaillant pas!

     Toute une fin de semaine et un lundi pour évaluer mon attitude au travail! En plus d'être mon "gagne-pain", mon travail est-il pour moi source de bonheur, d'épanouissement et de satisfaction? En d'autres mots, suis-je heureux à mon travail? Sans doute je n'ai pas nécessairement le choix des tâches à accomplir, mais ma satisfaction ne vient pas de mon travail, mais plutôt de ma façon de l'accomplir...

  Cadre, fonctionnaire, professionnel, technicien de métier, personnel de soutien, préposé à l'entretien, appariteur, manutentionnaire, camionneur, peu importe la catégorie dans laquelle je me situe, pour autant que j'entre en contacts cordiaux avec les autres, car la joie du travail viendra toujours des relations humaines établies avec mon entourage : l'ordinateur, le cellulaire, la machine robotisée et tous les trucs modernes ne remplaceront jamais le contact de l'humain...

      Récemment en visite à Québec, je demande à un policier au volant de sa voiture de m'indiquer comment trouver une rue que je cherche. L'agent de la paix en question, supposément l'ami du citoyen, entrouvre sa fenêtre et me dit textuellement cette phrase très affable que je n'oublierai pas : "Commence par éteindre ta cigarette, file tout droit et tu trouveras un peu plus loin!"  Puis il redémarre en me laissant pantois : je suis certain que ce policier, en plus d'être probablement un ex-fumeur fanatique, ne semble pas heureux dans son travail...
Au travail, suis-je 
  • un casse-pied,
  • une machine programmée, 
  • ou un être humain heureux...?