As-tu vu la fleur?

   Sorti d'un rude hiver, comme il est plaisant de jardiner en remuant la terre redevenue meuble pour y enfouir graines de semences, bulbes, plants prometteurs. Je me sens vraiment en communion avec la nature si longtemps au repos sous les gelées ingrates et un souffle nouveau s'éveille en moi; je me surprends même à siffloter des airs d'autrefois et à contempler un écureuil dans ses acrobatiques prouesses. Bref, je me sens revivre d'un nouveau souffle.

     Comme à chaque printemps, je me procure des assortiments de fleurs variées pour mettre dans les plates-bandes et les boites sous les fenêtres. Il me faut également quelques jardinières qui se balanceront au gré du vent sous le balcon de mon voisin d'en-haut.

    En remisant mes outils de jardinage, mon pied a heurté une craquelure dans le trottoir conduisant à l'arrière-cour. Regardant vers le sol, quelle ne fut pas alors ma surprise d'apercevoir un vulgaire pissenlit qui sortait de terre par la fissure du béton. Mon premier geste fut de le piétiner rageusement, car c'était bien lui qui ravageait sournoisement la terre de ses racines têtues enfouies sous le ciment et causait la fissure. Mais je me suis arrêté juste à temps: qu'est-ce qu'une fleur pouvait bien faire là, poussant littéralement dans le béton, sans engrais ni soins particuliers, alors que mes pauvres plantes à moi ne traverseraient probablement pas toute la saison estivale, un peu par ma faute d'ailleurs...

 

    Le petit pissenlit m'a fait la leçon et sa témérité m'a suggéré une idée farfelue.: j'ai entouré l'intrus d'un cercle décoratif en y apposant la pancarte ironique: "As-tu vu la fleur?" Je ne l'arroserai pas plus que mes fleurs à moi et on verra bien si c'est vrai que le Seigneur fait "tomber sa pluie sur les bons comme sur les méchants!"

C'est une histoire à suivre... Je vous en reparlerai à l'automne!