État du foyer ou foyer d'État
"Prendre un enfant par la main,

Pour l'emmener vers demain,

Pour lui donner la confiance en son pas,

Prendre un enfant pour un roi.

Prendre un enfant dans ses bras,

Et pour la première fois,

Sécher ses larmes en étouffant de joie

Prendre un enfant dans ses bras."

         Qui n'a pas vibré en écoutant cette extraordinaire chanson de Yves Duteil. Homme ou femme, on ne peut rester indifférent à ce poème d'amour devant la confiance d'un enfant. Souvent, à l'occasion d'un baptême, les parents, les mère surtout, demandent l'audition de cet hymne à l'enfance. 

           Notre société actuelle, composée de plus en plus de "cocos blancs", cherche une solution à la dénatalité et une voie d'avenir dans ce qu'on a pompeusement nommée une "politique familiale": lutte contre le décrochage scolaire, maternelle obligatoire à temps plein dès l'âge de 5 ans, pré-maternelle, système de garderies subventionnées par l'état, garde partagée "harmonieusement" par les parents divorcés, etc. 

          Dans quelques années, nous verrons apparaître l'allaitement maternel étatisé et la réapparition de nourrices agréées. Et pourquoi pas... N'est-ce pas ce qui a jadis "sauvé Moïse des eaux du Nil"! Et il serait toujours possible, par un clonage élaboré, de permettre aux hommes d'en faire autant! 

        Dans une démarche des plus louables, on apporte maintenant beaucoup d'attention au "foyer monoparental", devenu une nouvelle norme. Si un enfant, après sa journée d'école et d'autobus, retrouve un père et une mère à la maison pour le souper, il est quasiment classé parmi les exceptions, pour ne pas dire les anormaux! 

         Je crois que je vais demander à Duteil de nous recomposer une nouvelle chanson dans le genre:

"Prendre un enfant un matin,

Pour l'emmener au lointain,

Pour lui donner la variance en son pas,

Prendre un enfant pour un jouet.

Prendre un enfant sous son bras,

Et pour la dernière fois,

Sécher ses larmes en étouffant sa foi.

Prendre un enfant par la loi."

          "Ce qu'un père peut faire de plus important pour ses enfants,
           c'est d'aimer leur mère"          T.M. Hesburgh