BIBITTES
    "Pour conjurer notre méfiance,
     Les coccinelles se sont choisi un beau nom
     Et elles se font belles."
                                 Luc Mercier
       Que ce soit au travail, dans les rencontres sociales, voire même sur la rue et dans les magasins, nous avons tous rencontré un jour de cette sorte de "bibittes" charmantes qui nous semblent tellement sympathiques qu'on est prêt à leur donner immédiatement notre confiance. Personnes aimables et liantes, à l'écoute de nos préoccupations,  vivement intéressées par nos propos, elles semblent nous porter un intérêt réel.

     Mais bientôt l'empathie fait place au désenchantement , parce qu'on découvre que ces personnes nous utilisent à leurs propres fins et que nos intérêts les préoccupent simplement parce qu'ils servent les leurs. On apprend assez tôt qu'elles ne se gênent pas pour nous dénigrer, nous exploiter habilement et souvent utiliser nos propres ressources à leur profit. Dans un langage clair, on appelle ces bibittes des profiteurs et des parasites.

     Que faire alors...?

         Exactement comme pour les coccinelles, ces "bêtes à bon Dieu": les admirer de loin et surtout ne pas les admettre dans son environnement intérieur. Il en est de ces bibittes comme pour certains objets en montre dans les magasins: 

"Regardez, mais ne touchez pas!"