Feu et eau

            Les amateurs du festival des "Feux d'artifice de Montréal" pourront désormais contempler un spectacle sans fumée (?) puisque la compagnie de tabac qui soutenait financièrement cette activité a dû retirer sa commandite pour se plier à la loi antitabagiste. J'ai nettement l'impression que son chiffre d'affaire n'en baissera pas pour autant et que les spectateurs continueront à admirer les montages pyrotechniques plutôt que les panneaux-réclames. Mais la morale est sauve et désormais nos gens ne mourront plus du cancer du poumon.

          Cependant, ils ne perdent rien pour attendre, car le nouveau commanditaire du festival n'est nul autre que la Société des Alcool du Québec (S.A.Q.), un organisme gouvernemental. À l'avenir, c'est l'alcoolisme et la cirrhose du foie qui vous emporteront. Il faut bien mourir un jour de quelque chose et à défaut de "feu-et-fumée", c'est "eau-de-vie" qui ironiquement vous fera passer de vie à trépas (j'ai failli écrire: de vie à tabac!)

          La différence cependant est grande: ce n'est plus une compagnie privée qui est en cause, mais bien notre gouvernement, celui-là même qui déplore l'ivresse au volant, augmente les primes d'assurance automobile suite aux nombreuses tragédies de la route dues à l'alcool, fixe et retire les profits et les taxes sur la vente des spiritueux. C'est vraiment drôle de voir comment le tabac dérange nos gouvernants alors que l'alcool les laisse indifférents.

            Mais que voulez-vous! C'est comme pour les loteries: là où il y a de l'argent à faire, on trouve toujours moyen de se donner bonne conscience.

           Suite à cette initiative de notre gouvernement, je proposerais à des mouvements comme les A.A. de faire pression sur nos députés pour qu'au moins apparaissent sur les bouteilles d'alcool (incluant les bières) des photos de foies durcis, brûlés, rongés par l'alcool, avec des mises en garde percutantes. Ça pourrait ressembler à ce qu'on lisait jadis dans le Petit Catéchismes de la province de Québec:

"L'alcool rend l'homme (... la femme aussi) semblable à la bête  et souvent le fait mourir! "