NOM ET PRÉNOM

  "Antoinette-Christiana Pinsonneault - De la Chevrotière"

      Voilà le nom que nous avons donné à notre chère petite lors de l'enregistrement de sa naissance. - Les nouveaux parents tout heureux d'annoncer que leur fille se nommera ainsi pour la vie, parce que son père s'appelle Antoine De la Chevrotière et que sa maman porte le nom de Christiane Pinsonneault. Et pourquoi pas! La loi ne dit-elle pas que la femme conserve ses noms et prénoms en mariage et qu'elle exerce ses droits sous ses noms. La loi ne dit-elle pas aussi qu'on peut donner comme nom de famille à un enfant un nom composé des noms de famille des père et mère. Si jamais le couple divorce, au moins l'enfant portera le nom de la partie qui en conservera la garde. Ah! la loi a tout prévu..., sauf la réaction possible de l'enfant affublée d'un tel nom.

      Je vois d'ici la petite essayer d'apprendre à écrire son nom avant d'aller à l'école; je la vois plus tard tenter de l'inscrire sur les nombreux formulaires de nos gouvernements et organismes; je la vois signer un chèque, une note de carte de crédit; je la vois demander un passeport; je la vois à son admission à l'hôpital, répétant son nom pour la cinquième fois à la secrétaire qui demande à son ordinateur un interlettrage spécial; je la vois enfin un jour faire une demande de changement de nom au ministère de la Justice, invoquant comme raison de sa requête la fantaisie de ses parents.

      Quand on voit des événements comme celui-ci, on souhaiterait revenir au temps où les gens signaient les documents d'un "X" parce qu'ils étaient illettrés, mais donnaient à leurs enfants des noms raisonnables.

          L'autre jour, dans une famille, la mère me dit qu'elle va me présenter "Nicolas", leur petit dernier. Qu'elle ne fut pas ma surprise de voir arriver un Nicolas à quatre pattes, aux oreilles pointues et à la queue touffue, très affectueux, mais qui n'avait rien de ce que j'attendais apercevoir. Dans d'autres familles, c'est le contraire: l'enfant porte un prénom que j'hésiterais à donner à mon chien!

       Jadis, on donnait aux enfants des prénoms de saints... Comme ils doivent rire jaune, ces saints du ciel, et quelle doit être leur crainte qu'un jour arrive dans leur confrérie un saint à quatre pattes...

      On ne sait jamais: saint Pierre peut se tromper avec toutes ces nouvelles modes!