.
Joradondu !

       Non! Ne cherchez pas dans votre dictionnaire et ne consultez pas votre ami amérindien pour découvrir l'origine de cette expression québécoise. C'est plutôt dans le langage populaire que vous en trouverez la signification.

         Vous avez sans doute déjà rencontré de ces personnes indécises qui ne savent jamais quelle orientation prendre ni comment arrêter leur choix. C'est qu'elles souffrent du "joradondu". Pour en connaître davantage sur la nature de cette maladie et surtout pour savoir comment en guérir, consultez un livre de "psycho" plutôt qu'un traité médical.

     Les symptômes principaux se manifestent par un éternel désenchantement, une touche de jalousie devant le succès des autres et une profonde phobie des décisions à prendre. Habituellement timorée devant les nouveautés et les risques, la personne atteinte se referme dans ses vieilles habitudes comme une huître dans sa coquille et laisse filer le temps. Puis vient le jour du soleil et de la récolte et c'est alors qu'elle s'écrie dans un profond soupir de désenchantement: "Joradondu!"

       Eh oui! Joradondu me préparer à Noël, joradondu commencer mes achats des fêtes plus tôt, joradondu accepter l'invitation de ma soeur pour le réveillon, joradondu ne pas trop boire à ce party de bureau, joradondu penser à la glace sur la chaussée, joradondu etc.

       Larousse et les autres spécialistes du langage nous donnent comme signification française de ce mot: "Joradondu - expression populaire québécoise exprimant le regret; - orthographe suggérée: "J'aurais donc dû".

          Oui, en ce temps de préparatifs pour Noël, tu devrais écouter le prophète qui te lance le cri d'alarme: "Engeance de vipère... produisez donc un fruit qui exprime votre conversion..."

         N'attends pas au 25 décembre pour crier:
   "Joradondu !"